30 octobre 2021

L’offre d’électricité à tarification dynamique : principe de fonctionnement et tarifs

La plupart des fournisseurs d’électricité proposent à leurs clients des offres à prix fixes et indexés. Ces prix sont calculés sur la base d’un tarif réglementé. Mais désormais, il est possible de signer avec eux des contrats sur la base d’une tarification dynamique. Il s’agit d’une tarification qui change chaque jour ou encore chaque heure en fonction des chiffres sur le marché du gros. Mais en quoi consiste en réalité cette tarification dynamique et quels avantages peuvent en tirer les clients ?

En quoi consiste la tarification dynamique ?

Un contrat à tarification dynamique est signé sur la base d’un tarif qui évolue suivant les cours de l’électricité. Donc suivant les fluctuations des offres des marchés en particulier l’EpexSpot qui est la bourse européenne d’électricité en France. Le tarif dynamique est donc différent des tarifs classiques en cela qu’il ne suit pas la courbe des prix réglementés. Il faut savoir que ces derniers ne changent que deux fois dans une année, ce qui n’est pas le cas des tarifs dynamiques qui fluctuent tout le temps.

L’European Power Exchange (EpexSpot) est une bourse au comptant. Cela signifie que les achats et les ventes qui ont cours sur ce marché sont à court terme. On achète de l’électricité aujourd’hui pour le vendre dans l’heure ou le jour suivant. Il arrive même que la vente se fasse dans les quinze minutes qui ont suivi l’achat. L’EpexSpot régule les prix des offres d’électricité en Europe et par ricochet en France. La plupart des fournisseurs présents sur le territoire français s’approvisionnent sur ce marché.

Par ailleurs, il faut faire très attention afin de ne pas confondre les prix dynamiques et ceux indexés qui ont appliqué sur ces mêmes marchés de gros. En réalité, le prix indexé est un prix moyen affecté sur un mois. Ce qui signifie qu’il sera plus élevé durant l’hiver que durant l’été. Il est d’ores et déjà proposé par plusieurs fournisseurs d’électricité. Mais le prix dynamique quant à lui reflète réellement les tendances du marché. De fait, il change quotidiennement, voire chaque heure.

Mais qu’est-ce que cela implique pour le consommateur ?

En clair, un consommateur qui choisit une facturation suivant le prix dynamique doit être en mesure de détecter les moments où les prix sur le marché sont bas et les faire correspondre avec les périodes de grosses consommations énergétiques. C’est seulement à cette condition qu’il pourra faire des économies conséquentes.

Pour déterminer le montant de sa facture dans un contrat à tarif dynamique, on peut utiliser trois méthodes différentes :

Le time-of-use pricing

Il s’agit d’une méthode qui implique de prendre en compte la durée d’utilisation de l’électricité du réseau. Ce mode de calcul est équivalent à l’option Heures Creuses. Pour déterminer les prix, il faut tenir compte de la consommation générale sur tout le réseau. Évidemment, plus il y a de personnes sur le réseau, plus la consommation est élevée. En procédant de la sorte, on espère encourager les particuliers à utiliser l’énergie électrique lorsque celle-ci coûte moins cher. De cette manière, il est possible de réduire les pics de consommation. Bien entendu, les tarifs ne seront pas fixes et changeront tous les jours.

Le critical peak pricing

Cette méthode est semblable à celle qui précède. La seule différence est qu’ici, il n’est pas possible de réguler les pics. Toutefois, en dehors des périodes de ces pics, le tarif est nettement moins élevé que dans le premier cas.

Le real time pricing

Il s’agit d’une facturation sur la base du prix réel facturé sur le marché chaque heure. Il faut savoir que chaque jour ce prix est défini pour le jour suivant. Avec ce prix, le consommateur est facturé en proportion du kWh qu’il a consommé. C’est-à-dire que sa tarification est fonction de nombre de kW fixé pour chaque tranche horaire. Autrement dit, c’est le principe de facturation le plus précis, mais c’est également celui qui demande que le client s’implique le plus. En effet, si ce dernier désire faire des économies, il va lui falloir une réelle adaptation au marché. Ce principe de tarification est appliqué par Barry Energie qui, à ce jour, est le seul fournisseur d’électricité avec tarif dynamique dans l’hexagone.

La directive (UE) 2019/944 du Parlement européen et du Conseil du 5 juin 2019 stipule que tous les fournisseurs d’énergie qui ont au minimum 200 000 clients doivent obligatoirement proposer des contrats avec tarif dynamique. Grâce à cette directive, tous les consommateurs qui disposent chez eux d’un compteur communicant Linky peuvent souscrire à des offres à tarification dynamique.

Une nouvelle ordonnance prise le 3 mars 2021, donne des prérogatives à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans ce sens. Le but est de bien définir les modalités d’application des offres de ce type. Ces modalités se déclinent comme suit :

les fournisseurs peuvent, s’ils le souhaitent, personnaliser leurs offres de tarifs dynamiques afin de mieux répondre aux exigences de leur clientèle,

les clients, quant à eux, peuvent s’ils le désirent, choisir l’offre d’électricité qui s’adapte à leur degré de flexibilité dans la mesure où ladite offre est non abusive et cohérente.

Hausse-de-l-electricite-60-euros-de-plus-a-prevoir-l-an-prochain

Les avantages et les inconvénients de la tarification dynamique

Puisqu’il s’agit d’un nouveau concept, il est tout à fait compréhensible que les gens le trouvent assez complexe et se questionnent sur les implications pour eux. C’est pour cette raison que nous allons nous pencher sur les plus et les moins de cette nouvelle offre.

Les avantages de la tarification dynamique

Une facturation qui s’adapte aux prix réels de l’électricité

Comme expliqué plus haut, la majorité des fournisseurs en France se rendent sur les marchés du gros notamment EpexSpot pour acheter de l’électricité. Ensuite, ils viennent le revendre aux clients suivant le tarif réglementé ou des tarifs qu’ils fixent eux-mêmes après avoir fait leur marge.

Grâce au principe de tarification dynamique, le consommateur peut enfin payer son électricité suivant le prix appliqué directement sur le marché. De fait, il profite des prix disponibles sur le marché du gros et fait des économies conséquentes. Par exemple ; lorsqu’on achète ses kW chez Barry, on peut profiter du prix réel de sorte qu’aucune marge n’est appliquée. Barry fait des bénéfices uniquement sur le prix de l’abonnement versé par ses clients chaque mois.

Une facturation implique les consommateurs

Si le consommateur veut réellement profiter des bénéfices de la tarification dynamique, il va devoir s’impliquer. Le fait est qu’il doit être capable de suivre l’évolution du marché de près afin de déterminer à quels moments il est avantageux pour lui de consommer. Il doit être en mesure d’identifier les heures durant lesquelles les prix avoisinent leurs plus faibles valeurs. C’est durant ces heures qu’il sera intéressant d’actionner les appareils qui consomment le plus. Son fournisseur devra l’informer chaque jour du prix du kW horaire afin de lui faciliter la gestion de sa consommation. Toutefois, si le client dispose d’un compteur Linky, il peut voir en temps réel sa consommation. Ceci est très important, parce que suivre les quantités utilisées pas à pas permet de se rendre compte de l’impact de l’utilisation de tels ou tels appareils sur la facture d’électricité. Ainsi, le consommateur pourra mieux planifier leurs utilisations chaque jour.

Une tarification qui saisit les enjeux de la transition énergétique

La CRE explique que la tarification dynamique est un outil de plus qui est utilisé pour la transition énergétique. Le fait est que si les consommateurs comprennent mieux comme fonctionne le marché, ils seront en mesure de saisir l’utilité de la transition énergétique et consommer dorénavant de manière responsable.

Dans la pratique, les particuliers vont réduire leur consommation durant les périodes de pics de consommation qui sont aussi les périodes durant lesquelles les prix sont élevés. Cette action aura pour corolaire la réduction des moyens de pointe qui sont déployés pour soutenir ces périodes de pics. Puisque ces moyens de production aux heures de pointe émettent beaucoup de dioxyde de carbone, on peut dire que le nouveau comportement des consommateurs réduit l’émission des gaz à effet de serre. En effet, les pays européens, pour la plupart, se servent de techniques et d’équipements de production qui fonctionnent plus rapidement (et donc polluent plus) pour gérer les périodes de pointe. C’est le cas par exemple de la centrale à charbon. Avec la tarification dynamique, on fera moins recours à ce genre de solution qui a un impact négatif sur l’environnement.

En France, la tarification dynamique est peut-être nouvelle, mais ce système est déjà très répandu dans certains pays européens, notamment ceux de l’Europe du Nord. On note par exemple au Danemark 90 % de ménages qui ont opté pour cette solution. En Espagne aussi le constat est le même, puisque les foyers espagnols sont dotés de compteurs communicants depuis bien plus longtemps que les foyers français.

Les inconvénients de la tarification dynamique

Le gros point négatif de la tarification dynamique est qu’elle nécessite une forte implication de la part du consommateur. Le fait est qu’une consommation flexible va de pair avec une tarification flexible. Le particulier peut se retrouver avec des tarifs très bas, mais aussi très élevés. S’il ne surveille pas sa consommation et ne la maitrise pas, il risque de se retrouver avec des factures d’électricité astronomiques.

Il est indéniable que cette tarification est avantageuse. Cependant, elle est véritablement plus complexe que les autres types qui se basent sur les options de bases ou Heures creuses. Elle oblige à composer avec au minimum 24 prix horaires chaque jour. Sans oublier que ces prix ne sont pas les mêmes tous les jours.

Il faut aussi noter que les fournisseurs ne sont pas toujours avantagés par la tarification dynamique. Le fait est qu’ils doivent investir dans plusieurs nouveaux outils pour pouvoir proposer cette offre à leur clientèle comme il se doit. Or l’offre les oblige à faire naturellement moins de marge si la clientèle n’est pas conséquente. De fait, ils peuvent avoir beaucoup de mal à rentabiliser.

Comment se fait la lecture de la facture avec la tarification dynamique ?

La facture qui arrive lorsque le consommateur souscrit une offre dynamique n’est pas si différente de la facture classique. On peut y lire : le tarif d’abonnement (il est fixe et n’est pas dépendant de la consommation électrique), le tarif de consommation (prix du nombre de kW consommé) et les taxes (TURPE pour la gestion et l’entretien du réseau par Enedis).

C’est dans la manière de calculer que l’on voit la différence entre les deux factures. En effet, les taxes sont déterminées sur la base d’une formule tarifaire d’acheminement (FTA). Cette dernière est aussi une option tarifaire au même titre que l’option Base ou encore l’option Heures Creuses.

Pour les factures des particuliers, il existe quatre FTA possibles qui peuvent être utilisés.

La CU ou Courte Utilisation : qui est assimilable à l’option Base dont le coefficient ne varie pas.

La MUDT (Moyenne Utilisation avec Différenciation Temporelle : assimilable à l’option Heures Pleines/Heures Creuses.

La CU4 ou Courte Utilisation 4 [avec compteur Linky] : ici le coefficient appliqué est différent suivant les heures ou les saisons [été et hiver].

La MU 4 ou Moyenne Utilisation 4 : même principe que la CU4, mais ici on utilise la moyenne utilisation.

Malheureusement, il n’est pas possible de voir la FTA sur sa facture ou encore sur son compteur Linky. Elle est laissée à la discrétion des fournisseurs. Ces derniers peuvent d’ailleurs la modifier chaque année entre le mois d’août et celui de novembre. Si un particulier désire prendre connaissance de sa FTA, il doit en faire la demande auprès de son fournisseur. Il n’est pas très aisé de comparer l’offre dynamique avec d’autres contrats existants.

Est-il possible que les factures avec tarification dynamique explosent pendant les vagues de froid ?

Puisque le prix en tarification dynamique dépend de l’état de l’offre et de celle de la demande, on peut facilement se demander si les prix ne vont pas augmenter durant les vagues de froid. La réponse est oui. Les prix peuvent être légèrement au-dessus des tarifs réglementés. Mais, un tel phénomène est assez rare. Par exemple, le tarif bleu d’EDF était supérieur au prix d’Epex la quasi-totalité du temps en 2020. Lorsque les prix commencent à s’envoler, il faut se tourner vers les conditions définies par le fournisseur. Par exemple, avec Barry Energie, lorsqu’il y a une forte hausse, le client ne sera jamais facturé au double du montant qu’il aurait versé en tarif réglementé.



Vous aimerez également lire...

Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}